Samuel Eto’o n’a pas reçu de prostituée à son hôtel !

15 mai 2011 à 22:51 par admin

1
Samuel Eto'o

Samuel Etoo

C’est une étrange histoire aux origines douteuses mais un différend bien réel entre les fédérations camérounaise et sénégalaise de football, et au milieu des deux, l’attaquant de l’Inter Milan, Samuel Eto’o. Les faits remontent au mois de mars, à l’occasion d’un match éliminatoire de la Can entre le Sénégal et le Cameroun.

Eto’o contraint de changer de chambre par la faute d’une prostituée

Battus, les Lions Indomptables partiront tête basse mais le directeur administratif de la sélection camerounaise contre-attaquera plus tard en accusant dans un journal national, la fédération sénégalaise d’avoir tenté de déstabiliser l’équipe. Motif de tricherie évoqué : une prostituée qui serait venu frapper à la porte de l’attaquant vedette Samuel Eto’o alors que celui-ci séjournait avec le reste de son équipe.

Vous aimerez aussi:  Oughourlian (RC Lens) et Rybolovlev (AS Monaco) entrent au conseil d'administration de la LFP

Selon le dirigeant accusateur, la vilaine prostituée aurait été l’envoyée de la fédération sénégalaise. Laquelle fédération s’en est sans surprise âprement défendue rappelant qu’au départ de la sélection camerounaise personne ne semblait s’être plein de pareil incident. Et pourtant Samuel Eto’o avait-il dû, selon les dires de son dirigeant, changer de chambre par la faute de la courtisane. La direction de l’hôtel où logeaient les Camerounais ne semble, elle, pas se souvenir de cette version des faits.


One Response to Samuel Eto’o n’a pas reçu de prostituée à son hôtel !

  1. Linda says:

    c'est de l'intox pure et dure du directeur administratif de la sélection camerounaise voulant ainsi destabiliser la partie sénégalaise et de présenter un accueil indigne.

    Mais ça ne marchera pas.

    Nous attendons que la partie camérounaise nous rende la monnaie de la pièce c'est à dire de mettre l'équipe sénégalaise dans de très très bonnes conditions avant, pendant et après le match.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut de page ↑