Milan AC, Juventus… Transfert : le mercato improbable de la Serie A

25 août 2012 à 20:30 par Marcelo Martins

0

Le ballon de Serie A 2012/2013, à gauche

Chapitre 3: le Bilan

On le répète, le mercato n’est pas encore terminé (4 septembre), mais l’heure des premiers bilans a sonné. Surtout que celui de la Serie A vaut le coup d’œil, il n’est similaire à aucun autre en Europe. Avec ce troisième chapitre, nous terminons ce dossier avec la balance commerciale de l’élite italienne, qui est de très peu excédentaire à l’heure actuelle. Et un petit rappel des clubs qui termineront le marché en négatif ou en positif. Tendances.

La Serie A a vendu plus de 500 joueurs

Des cinq grands championnats européens, la Serie A est celui qui a subi le plus de départs et ce, de très, très loin, plus de 500 (!) Selon les estimations du site allemand Transfermarkt.de, les 20 clubs de Serie A ont récupéré plus de 332,5 millions d’euros. Pour mieux se rendre compte de l’ampleur de ce chiffre, évoquons le deuxième sur le podium des ventes, la Premier League – les départs en Angleterre supposent environ 188M€, soit presque deux fois qu’en Italie. Quant à la balance commerciale, les dépenses cumulées des clubs sont environ égales à un peu moins de 332,4M€ – pour le moment, celle-ci est donc (fragilement) excédentaire. Enfin d’après transfermarkt, sept entités sont dans le vert dont le Milan AC donc, mais aussi Pescara ou le Chievo Vérone. Les douze autres sont dans le rouge sur ce mercato, dont la Juventus, la Fiorentina ou Palerme.

Une préparation au FPF?

Un dernier mot sur le sentiment que laisse le mercato italien de l’été. Le championnat a perdu ses stars, actuelles ou d’antan, autant pour des raisons économiques (Ibrahimovic,…) que pour des raisons d’âge (Del Piero, Inzaghi,…). Et semble vouloir, unanimement entre les clubs, miser sur ses jeunes joueurs. Cette tendance est quelque peu subie, les grands propriétaires de clubs comme Berlusconi ou Moratti ont perdu beaucoup d’argent avec la crise financière qu’a traversé l’Europe. Mais cela peut finalement se révéler positif, car les grandes maisons italiennes vont apprendre à vivre en se serrant la ceinture, de quoi parfaitement les préparer au Fair-play financier.

NB : nos chiffres ont pour source L’Equipe et Transfermarkt.de

Vous aimerez aussi:  La communication dans le sport, un monde à explorer 

Ecrit par @Marcelo6Martins


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut de page ↑