Partage des recettes de la Coupe de France, que dit la règle ?

19 décembre 2021 à 19:10 par Thomas

0
Coupe de France recettes
Quand la coupe de France oppose des pros à des amateurs, la coutume veut que les premiers cèdent leur part aux seconds. Mais dans les faits, que dit exactement la règle ?

C’est un sujet régulièrement polémique, quand le plus gros, généralement professionnel, refuse de céder au club financièrement plus chiche, de laisser sa part de la recette. Jusqu’ici, ces 32es de finale de la Coupe de France en sont exempts, ça n’a pas été le cas au tour d’avant. Quand la billetterie est excédentaire, il y a une règle appropriée à l’attention des équipes concernées, au règlement de la compétition. Justement que dit et prévoit-elle ?

Que dit la règle de la coupe de France ?

Rien de moins qu’un juste partage de l’excédent, quand il y a. C’est inscrit à l’annexe 4, point VI du règlement officiel de la saison 2021-2022, pensé par la FFF qui organise le format. Cela indique que « l’excédent de recettes est réparti entre les deux clubs du match ». Mais avant, il faut retirer la TVA, qui ici est aux taux réduit de 5,5%. Puis, de ce résultat HT, il faut retirer les frais de l’organisation. Et alors, une fois ces deux étapes réalisées, l’excédent dégagé doit être équitablement réparti, à « 50% pour le club recevant et 50% pour le club visiteur ».

Vous aimerez aussi:  Vente OL: "Des progrès substantiels ont été faits" mais un nouveau report du closing

En général le gros abandonne sa part à son plus modeste adversaire

Ce week-end marquait l’entrée en lice des clubs de la Ligue 1, la majorité s’est imposée, parfois contre des clubs avec une large différence de niveaux, comme l’ASSE, l’OM, Clermont, Reims ou Montpellier. Il est probable que ces formations là aient laissé leur part à leurs adversaires de niveaux régionaux ou nationaux.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut de page ↑