Ineos, le nouveau géant du sport

1 février 2022 à 15:55 par Marc Limacher

0
Le patron d’Ines, Jim Ratcliffe, est un amoureux du sport, mais ses investissements ne sont pas seulement dictés par la passion. Ils sont le fruit d’une stratégie choisie et déployée dans le temps.

La récente signature pour devenir partenaire d’entrainement et de performance des All Blacks pour 5 millions d’euros par an, a offert une nouvelle fenêtre d’exposition à Ineos. Un géant du sponsoring sportif, ayant une stratégie d’impact dans ses choix.

Un groupe qui investira 250 millions dans le sport dès 2022

Tout a débuté en 2017, après que le milliardaire Jim Radcliffe reprend Lausanne Sport, après avoir été un sponsor pendant 7 ans, du paysage sportif Lausannois. Deux ans plus tard, l’accélération se poursuit avec l’équipe cycliste SKY, pour laquelle il double le budget, pour l’établir entre 40 et 50 millions d’euros annuel. En juillet de la même année, l’OGC Nice est racheté pour 100 millions d’euros. Sa filiale, Grenadier deviendra sponsor majeur du club, pour 115 millions d’euros au total, quelques temps après.

Début 2020, Ineos annonce son projet d’investir dans l’America’s Cup. Budget total : 140 millions d’euros. Pour réaliser ses ambitions, l’homme d’affaire britannique, signe un accord technique avec l’équipe Mercedes AMG F1 et devient le client principal de la filiale d’application technique de l’équipe anglo-allemande. Quelques temps plus tard, Ineos deviendra un co-actionnaire (contre 250 millions d’euros) et participe pour moitié au salaire de Lewis Hamilton lors de la saison 2021 et jusqu’en 2023.

Au total c’est un géant qui, après avoir investi 480 millions d’euros dans ses activités (hors investissement) football, cycliste et F1 entre 2019 et 2021, va ajouter 250 millions d’euros au minimum, dès 2022, dans ses projets sportifs.

Vous aimerez aussi:  OM, PSG, RC Lens, RCSA: Affluences et taux d'occupation en Ligue 1 au tiers de la saison

Un investissement loin d’être philanthropique

Des projets qui sont loin d’être philanthropiques. Lors de la signature du sponsoring avec les All Blacks, l’ONG Greenpeace s’est alarmé de la nature du partenaire (géant mondial de la pétrochimie). En conscience le groupe a donc fixé quatre objectifs ambitieux d’ici 2025, sur son site internet :

  1. Intégrer au moins 325 000 tonnes de matériaux recyclés dans ses produits
  2. Utiliser 30 % de matière recyclée en moyenne dans les produits destinés aux emballages en polystyrène en Europe
  3. Offrir une gamme de produits polyoléfiniques pour les applications d’emballage en Europe contenant 50 % ou plus de matière recyclée
  4. Garantir 100 % de produits en polymère recyclables

D’ailleurs l’activité plastique recyclable du groupe est désormais investie, depuis 3 ans, dans le programme Ineos Team Britannia de l’America’s Cup. A l’opposé, la création du 4×4 Grenadier et de la marque qui est largement visible. Bien que fortement décrié pour être à contre-courant du marché et ayant nécessité un investissement d’un milliard d’euros, est présenté comme construit avec des plastiques recyclés et conçu pour une durabilité de 30 à 50 ans et la construction d’une marque de niche, proposant des véhicules remplaçant des icones du marché automobile. Durablement.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut de page ↑