Abramovich perdrait jusqu’à 4 milliards avec la guerre en Ukraine

10 mars 2022 à 20:10 par Nicolas Toison

0
Roman Abramovich fortune
En réaction à l’invasion de l’Ukraine par la Russie de Poutine, l’OTAN a décidé de contraindre ses proches. Ce jeudi, le royaume-Uni a ainsi durci les sanctions prises contre Roman Abramovich.

Ce jeudi 10 mars, le gouvernement britannique a pris une décision forte concernant Roman Abramovich. Le Royaume Uni a gelé les avoirs du Russe dans le pays, et l’a également interdit de transactions avec des particuliers et des entreprises britanniques et d’y voyager. Cette réaction à la guerre en Ukraine pourrait concerner, par exemple, sa maison à Kensington et son yacht Solaris, actuellement amarré en Espagne, mais aussi son club de Chelsea FC. Pour le moment, la cession de ce dernier a été suspendue, et il ne pourra plus vendre de tickets, ni être actif sur le mercato. D’après l’institut de finance, Bloomberg, la fortune de Roman Abramovich a diminué de près de 3,9 milliards d’euros, depuis le début de l’année. Une baisse également visible (à estimation un peu moindre) du côté du magazine économique, Forbes .

Une perte de quasiment 4 milliards d’euros pour Roman Abramovich

Avec un patrimoine estimé à 12,4 milliards d’euros, le propriétaire de Chelsea figure à la 130e place, des personnes les plus riches du monde. C’est quatre milliards qu’avant que ne débute le conflit en Ukraine. Cette chute serait largement due aux revenus que lui aurait généré la vente de son club, lui qui en voudrait près de 3,6 milliards d’euros. Comme l’indique Le Figaro, le milliardaire russe est aussi l’actionnaire majeur d’Evraz, entreprise de sidérurgie russe, dont les actions ont fortement chuté (-76,6% depuis le début de l’année), et détient des parts dans Norilsk Nickel, une société russe spécialisée dans l’exploitation et la transformation du nickel et du palladium.

Il n’est pas le seul milliardaire russe à avoir perdu gros avec la guerre en Ukraine

Roman Abramovich fait partie des sept oligarques russes sanctionnés par le gouvernement britannique, ce jeudi. Dans un communiqué, la ministre des Affaires étrangères, Liz Truss, leur a reproché d’entretenir des « liens étroits avec Poutine”, et d’être en conséquence, considérés comme des “complices de son [l’Ukraine] agression”. Cela implique un gel des avoir de l’homme d’affaire de 55 ans, et une mise à l’index de Chelsea, qui ne peut plus qu’opérer sous contrainte. Les effectifs du club sont toutefois conservés et pour l’heure rémunéré (presque) comme si de rien n’était. En revanche, les supporters ne sont plus autorisés à acheter des billets. Seuls ceux qui en possèdent déjà, comme les abonnés pourront suivre les rencontres à venir.

Vous aimerez aussi:  Avec le SuperSevens, la LNR "investit" sur le rugby à 7


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut de page ↑