Salaire, contrat, ce que Tom Pidcock a signé avec Ineos

20 août 2022 à 14:55 par Thomas

0
Tom Pidcock salaire contrat Ineos
Tom Pidcock s’est inscrit dans la durée avec l’équipe Ineos.

Un phénomène, un vrai que Tom Pidcock. Un coureur cycliste, avec un C majuscule, tant l’Anglais de 23 ans est à l’aise et performant sur tous les formats de la discipline ; des terrains les plus boueux en VTT, aux cols des routes du Tour de France. A 23 ans, il n’est qu’au commencement d’une carrière prometteuse chez les professionnels. Il est déjà sous bonne coupe, au sein du riche team Ineos Grenadiers, avec lequel il a prolongé au printemps dernier.

Un contrat long de 5 ans prolongé pour Tom Pidcock

A des conditions qui sont à la hauteur des espoirs qu’il suscite. Déjà sur la longueur du contrat, alors qu’il arrivait à échéance en 2022, Tom Pidcock a paraphé un bail d’une durée plutôt exceptionnelle dans le vélo, de cinq ans, jusqu’en 2027. Sur le salaire également, puisqu’il serait selon le magazine Cycling News, de 4 millions d’euros brut par saison, tandis que le journaliste de France TV, Christian Choupin, l’annonçait à 3 millions par an, dans son direct aux commentaires des championnats d’Europe de VTT.

L’équivalent en salaire de Geraint Thomas chez Ineos

A ce niveau de rémunération, l’Anglais est devenu l’égal de son compatriote et coéquipier, Geraint Thomas, et de fait l’un des coureurs les mieux payés dans le peloton. « Ineos Grenadiers est la bonne équipe pour moi, confiait Pidcock à l’annonce de la prolongation de son contrat. C’est devenu ma maison au cours de la dernière année et c’est incroyable de penser que c’est l’équipe que j’ai grandi en rêvant de rejoindre (…) Avec la qualité du personnel et des coureurs que j’ai rencontrés et aux côtés desquels j’ai couru, il est clair depuis le premier jour qu’il n’y a pas de meilleure équipe dans laquelle passer les cinq prochaines années de ma carrière. »

Un touche à tout qui gagne sur tous les terrains

Il ne manque qu’un titre de champion du monde sur route, à Pidcock qui le sera peut-être un jour. Car il l’a été partout ailleurs. Cet été, il a marqué les esprits en gagnant sa première étape sur le Tour de France (la 12e) et les réseaux sociaux se sont régalés des images de sa descente du Galibier illustrants à la perfection, à quel point le bonhomme est facile sur un vélo.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour en haut de page ↑