PSG, OL et ASM : Les primes qu’ils ont déjà gagné en Ligue des champions

4 octobre 2018 à 13:20 par Thomas

0

Plus lucrative que jamais la Ligue des champions. – @ChampionsLeague

Deux journées de la Ligue des champions 2018-2019 se sont disputées ; pour le PSG, l’OL et l’AS Monaco engagés côté français, les fortunes sont diverses. D’ailleurs, en parlant de fortune, les primes gagnées jusqu’ici sont diverses, du fait des résultats acquis par chacun et parce que cette saison, l’UEFA a revu son mode de répartition en valorisant notamment, les performances sur les dix dernières saisons.

Avec la nouvelle répartition, le PSG part avec 26,59M€, l’OL 21,05 et l’ASM, 5,54M€

De fait le PSG part avec plus de cinq millions d’avance sur Lyon et quasiment vingt sur Monaco. Très exactement, la part du « classement par coefficients » du Paris Saint-Germain s’élève à 26,59 millions d’euros, cette saison, contre 21,05 millions à Lyon et 5,54 millions à Monaco (les explications sont à lire ici).

Les primes à la performance ont également été augmentées par l’UEFA

Pour le reste, s’ajoutent les primes à la performance. En sachant que les 32 équipes qualifiées ont toute l’assurance de toucher un minimum garanti de 15,25 millions d’euros. C’est le total du club princier battu deux fois en deux matchs, par l’Atlético Madrid (1-2) et le Borussia Dortmund (0-3). Le PSG large vainqueur ce mercredi de l’Etoile Rouge (6-1) s’assure 2,7 millions d’euros de plus, comme l’équivalent d’une victoire en phase de groupe. Quant aux Lyonnais, vainqueurs à Manchester City (2-1) puis tenu en échec par le Shakthar (2-2), ils cumulent 15,25 millions, plus 2,7 millions d’un succès et 0,9M€ pour un nul.

Vous aimerez aussi:  Le classement de la Ligue 1 comparé aux budgets des clubs

Déjà 44M€ garantis pour le PSG et 40 pour l’OL après seulement 2 matchs

Soit, en résumé, à ce niveau du tournoi, un total de 20,79 millions pour l’AS Monaco, 39,9 millions d’euros pour Lyon et 44,54 pour le PSG. C’est énorme après seulement deux matchs et en plus, il restera la part du marketpool, c’est-à-dire la répartition des droits de l’audiovisuel. La preuve que plus que jamais la Ligue des champions est une compétition lucrative pour les clubs.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour en haut de page ↑