Abramovich, Rybolovlev… Ces oligarques russes propriétaires de clubs sportifs

27 février 2022 à 14:35 par Thomas

0
Oligarques russes
Rybolovlev, Ousmanov et Abramovich, des hommes d’affaire bien connus des amateurs de sport et ici, du football.

Accentuer la pression sur leurs épaules pour faire plier le Kremlin, est l’une des stratégies visées par l’Europe pour freiner, sinon arrêter, l’offensive armée russe, en Ukraine. Eux sont des oligarques et certaines des personnalités les plus riches de Russie. Souvent des proches de Vladimir Poutine, ils ont des intérêts commerciaux, business ou personnels, en de nombreux endroits du Vieux Continent.

Roman Abramovich le plus iconique des oligarques dans le sport

Quelques-uns sont des personnalités connues du monde sportif, car elles sont ou ont été, des propriétaires de puissantes franchises. Roman Abramovich est celui qui les symbolise tous. Patron des Blues de Chelsea depuis 2003, Forbes estime sa fortune à plus de 15 milliards de dollars. hier samedi, l’homme d’affaire de 55 ans a annoncé se mettre en retrait, en laissant la gestion de l’équipe championne d’Europe à d’autres. Il est présentement interdit de territoire britannique par les autorités locales.

Situation inédite dans le basket à l’AS Monaco

En France, l’on connait aussi Dmitri Rybolovlev, parce qu’il possède depuis 2011, l’AS Monaco, en Ligue 1. Sur le Rocher, d’ailleurs, la situation a ceci de particulier que la section basket de l’ASM, a pour nouveau président, depuis le mois dernier, le Russe Aleksej Fedoricsev, qui a succédé à l’Ukrainien, Sergey Dyadechko, resté vice-président. Toujours dans le monde de la balle orange, Mikhail Prokhorov est demeuré de 2010 jusqu’en 2019, l’actionnaire majoritaire des Nets de Brooklyn, en NBA, avant de céder ses parts au cofondateur d’Alibaba, Joseph Tsai.

Suleyman Kerimov l’homme derrière le transfert marquant de Samuel Eto’o

Enfin, deux noms un temps influent sur la scène du football ; Suleyman Kerimov, d’abord, anciennement à la tête de l’Anzhi Makhachkala, en Russie. C’est lui qui avait recruté, en 2011, Samuel Eto’o, contre un salaire à l’époque de 20 millions d’euros net. Du jamais vu pour la discipline. Et puis Alicher Ousmanov, qui fut un temps, un actionnaire minoritaire (à hauteur de 30%), des Gunners d’Arsenal. Il a cédé ses parts, en 2018, à l’Américain Stan Kroenke. En 2017, des documents des leaks des « Paradise Papers » ont révélé qu’il serait aussi dans l’actionnariat d’Everton, via un prête-nom.

Vous aimerez aussi:  PSG-OM: Ça coûte combien un billet pour le Classico au Parc ?


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour en haut de page ↑