« Le dopage financier » du PSG expliqué pour les nuls

2 novembre 2018 à 22:50 par Thomas

0

Pour 215 millions d’euros par an, la visibilité du Qatar paraît moindre, associée au PSG.

Du « dopage financier », c’est ainsi qu’il conviendrait de qualifier ce que Mediapart décrit comme une « triche ». C’est une confirmation, d’un contrat souvent remis en cause depuis des années, que les Football Leaks tendraient à prouver d’après l’EIC, le réseau d’investigation européen qui y a eu accès. C’est celui passé entre le PSG et QTA, pour Qatar Tourism Authority.

Et l’on reparle du contrat à 215M€/an de QTA avec le PSG

Dans la séquence ci-dessus, Médiapart explique de façon claire et simple, l’origine de l’enquête publiée ce vendredi. Qui commence en 2012, à la signature du contrat de partenariat entre QTA et le PSG : 215 millions d’euros par an pour des contre-parties minimes (plus tard corrigé à 100M€/an, puis 50M€ plus récemment). Estimé par des agences indépendantes, ledit contrat vaudrait au mieux, 2,8 millions d’euros en visibilité et retour sur image. C’est évidemment très loin du compte et c’est cet écart qui est aujourd’hui au coeur du débat. Artificiel ou naturel ? Du côté du PSG, on rétorque que ce contrat n’est pas un partenariat de sponsoring classique, mais un « Brand nation », c’est-à-dire un rapprochement d’une marque et d’un pays inédit dans le football.

Avec la bénédiction de Michel Platini et Gianni Infantino ?

Le directeur général du PSG, Jean-Claude Blanc est monté au feu, ce vendredi, pour donner cette explication au micro de RMC ; la même que la direction du club défend depuis le début. C’est le discours officiel, tenu devant l’UEFA. Laquelle autorité du foot européen est contestée par Mediapart dans son enquête ; ses auteurs accusent Michel Platini, anciennement président de la fédération et son secrétaire général d’alors, Gianni Infantino, d’avoir couvert le club de la capitale. Comme toujours avec les Football Leaks, ce n’est que plus tard que se mesureront les conséquences. D’autres révélations devraient suivre. A ce stade des choses, voilà ce qu’il faut comprendre de l’affaire, résumé en un peu plus de trois minutes.

Vous aimerez aussi:  RC Lens: Une école lilloise nouveau partenaire du Racing


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour en haut de page ↑