F1: Bernie Ecclestone sous l’oeil du fisc anglais

28 février 2012 à 11:11 par Marc Limacher

1
Bernie Ecclestone F1 - @Iconsport

Bernie Ecclestone F1 - @Iconsport

Le gouvernement britannique de David Cameron aurait lancé une enquête sur la situation fiscale de Bernie Ecclestone, le grand argentier de la F1. Le premier ministre fait la chasse aux contribuables qui ne s’acquittent pas véritablement des impôts, alors qu’ils vivent en Angleterre. Le département des revenus et des douanes du Royaume-Unis (HMRC) attache un intérêt tout particulier aux affaires de Bernie Ecclestone, depuis le scandale du banquier allemand Gerhard Gribkowsky (une affaire de pot de vin au bénéfice d’Ecclestone).

Bernie Ecclestone, le grand argentier de la F1, risque gros avec le Fisc

Selon le Daily Mail, une enquête simple et informelle est lancée autour de la situation de Bernie Ecclestone et de ses filles (qui font beaucoup de bruits dans la presse people du pays). Une enquête qui finalement pourrait coûter des millions d’impôts à Ecclestone. Sa fortune est estimée autour de 4 milliards d’euros. L’argentier de la Formule 1 a naturellement minimisé l’information du tabloïd. « Je n’ai pas reçu de lettre du HMRC et je ne prévois pas d’en recevoir une. Il n’y a aucune raison à cela. Pour autant que je suis concerné, s’ils nous écrivent, nous répondrons, mais j’espère qu’ils ne frapperont pas à la porte en pleine nuit », Lance pince sans rire Ecclestone. « J’ai reçu une lettre du HMRC en 2008 m’indiquant que tout était ok et qu’il m’accordait sa confiance. Il serait stupide de vérifier de nouveau maintenant. »

Un divorce pas très clair chez les Ecclestone…

Vous aimerez aussi:  L'improbable business du sosie de Neymar au Qatar

Sauf qu’il y a eu un détail : un divorce. En effet, l’affaire du banquier allemand, a mis en lumière une société connue depuis longtemps, Bambino Trust. Cette société mise en place au Liechtenstein en 1997,  est aux noms de son ex-femme Slavica et de ses deux filles. L’objectif alors était d’échapper à l’impôt. En effet, selon la loi fiscale au Royaume-Unis, si Ecclestone venait à mourir, sa femme aurait eu à payer 40% sur l’héritable. A l’époque. Pour éviter le souci, l’homme d’affaire anglais a fait immatriculer cette société à l’étranger pour protéger sa famille. Depuis, Slavica a divorcée de son mari et a emportée environ 1 milliard d’euros avec elle (en patrimoine immobilier pour l’essentiel dont le circuit du Paul Ricard).

no images were found


One Response to F1: Bernie Ecclestone sous l’oeil du fisc anglais

  1. Name Roger says:

    C’est la pire des vermines, un salaud qui n’a même pas de sympathie pour topus ceux qui aiment la F1, lui c’est juste le fric. J’espère que personne n’ira pleurer sur sa tombe et qu’on l’oubliera très vite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut de page ↑