PSG – Un club de District offre un contrat de joueur/cantonnier à Ben Arfa !

28 juin 2018 à 12:35 par Thomas

0

Hatem Ben Arfa a reçu une drôle de proposition de la part d’un club de District. – @PSG_Inside

jouera Hatem Ben Arfa la saison prochaine ? Ce ne sera pas au PSG qu’il va quitter fâché, c’est une certitude. Pour le reste, l’ailier de Clamart ne manque pas de propositions. La majorité sérieuses, celle-ci un peu moins, quoiqu’il faille souligner le travail (et l’humour) derrière ce contrat de travail, rédigé par l’US Castétis-Gouze, club de 1re Division district. Il est proposé à l’international français, un contrat de deux ou trois ans (« une pour trouver le rythme, une pour profiter et une pour s’en remettre ! »), payé 800 euros bruts mensuels.

Du PSG à la 1re Division district dans les Pyrénées Atlantiques ?

Avec, « 20 euros de primes par but inscrit, 25 euros pour une passe décisive (c’est tellement mieux de faire marquer), et 30 euros pour un carton rouge provoqué » est-il écrit dans le contrat partagé sur la toile. Comme l’activité de footballeur seule ne peut suffire dans ce modeste club des Pyrénées Atlantiques, l’US Castétis-Gouze propose au joueur du Paris Saint-Germain, un rôle complémentaire de « cantonnier ». « Le joueur s’engage auprès du club pour une durée mensuelle de 4 matchs et 8 entraînements en tant que footballeur et 20 heures en tant que cantonnier, afin de favoriser au mieux son retour sur les pelouses. »

Les conditions à respecter pour Hatem Ben Arfa

Le reste du contrat de travail et de la même saveur. Sur huit pages, il est notamment demandé au joueur de soigner son hygiène de vie (en lui octroyant le droit de jouer « positif à l’éthylotest »), de ne pas « uriner dans les douches », de ne pas se doper sinon sa « matière grise », ou d’être l’ambassadeur de la communication du club en participant notamment au tournage d’un clip, avec pour slogan : « Le maïs c’est comme moi, quand il se repose, il s’enrichit ». Hatem Ben Arfa pourra en outre profiter d’un appartement mis à sa disposition et payé par le club (à hauteur de 200 euros le coût du loyer), ainsi que d’un véhicule de fonction. Ici, pas de puissante Audi comme ailleurs mais une Simca 1000, qui n’est « pas sûre de démarrer ».

Vous aimerez aussi:  OM: Récap' des primes gagnées par l'OM en Ligue des champions

Silence radio du côté du joueur. Peut-être étudie-t-il la proposition. Ou pas…

La balle est dans le camp du joueur et de ses conseillers. On le devine très intéressé par cette offre difficile à refuser, pour relancer sa carrière !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour en haut de page ↑